Nouveau projet de loi de finances rectificative.

25 Avr 2020 | Communiqués de presse, Jean Lassalle

Jean LASSALLE

Député de la 4ème circonscription des Pyrénées-Atlantique.
Président du mouvement Résistons!

Communiqué de presse – 27 avril 2020
Projet de loi de finances rectificative pour 2020

Pour la deuxième fois en moins d’un mois, nous avons été consultés pour un nouveau projet de loi de finances rectificative pour 2020. Cette semaine, à deux reprises lors de cette consultation, j’ai voté contre la nouvelle version du projet de loi. Avec plusieurs de mes collègues, nous avions proposé des amendements pour secourir et soulager les secteurs particulièrement impactés par la crise que nous vivons, pour défendre une répartition la plus juste de nos richesses et pour un réel soutien aux plus vulnérables. Une fois de plus, trop peu de nos amendements ont été pris en compte.

A l’heure où le gouvernement appelle à l’unité nationale, alors qu’il persiste en réalité dans une politique verticale, il refuse de tenir compte des avis et propositions de ceux qu’il dit vouloir unir. Je tiens à rappeler que le gouvernement avait le choix entre l’article 16 de la Constitution, avec les pouvoirs exceptionnels pour le Président, et la poursuite de l’activité politique traditionnelle. Il a voulu donner le sentiment de créer l’unité nationale en prenant une troisième voie, non prévue par la Constitution et de fait totalement illégale. Après tout, celle-ci aurait pu se concevoir avec un réel consensus devant l’ampleur de la crise. Or, le gouvernement cherche uniquement la caution du peuple français à travers son Parlement.  Dans ce contexte, comment peut-on tolérer ces consultations qui ne sont qu’un simulacre de démocratie ?

Les annonces gouvernementales sont loin d’être suffisantes et ne tirent pas les leçons de plus de 30 ans d’austérité budgétaire. Ainsi, le bilan est lourd et nous empêche de faire face sereinement à la crise actuelle : 100 000 lits fermés en 20 ans en France. Malgré nos supplications permanentes, il a fallu attendre la crise actuelle pour constater que notre service de santé était totalement inopérant. La ministre de la Santé de ce gouvernement, Agnès Buzin, lorsqu’elle était en poste jusqu’aux élections municipales de Paris, a fermé trois années durant hôpitaux, cliniques, maternités à tour de bras. Après avoir été brutalement recalée à cette élection, elle a cru bon d’annoncer à la France entière qu’elle avait connaissance de tout ce qui allait venir dès le mois de janvier, mais qu’elle n’avait pas réussi à convaincre le gouvernement. Chacun a apprécié à son niveau son sens résolu des responsabilités. Heureusement que son époux ne s’est pas trouvé gêné dans ses confortables activités pharmaceutiques et de laboratoires.

La France, sixième pays le plus riche du monde, qui s’est longtemps enorgueillie de son système de santé, se réveille, abasourdie et elle compte ses morts. Jamais les banderoles des soignants, qui manifestaient l’an dernier contre les coupes budgétaires, n’ont été aussi prémonitoires. Les mêmes qui avaient jeté leurs blouses, en geste de protestation contre l’exécutif et pour alerter sur leurs conditions de travail, sont repartis au front sans munitions… sans masques, ni blouses, ni médicaments.

Certes, le gouvernement actuel n’a fait, dans ce domaine-là, que poursuivre la politique mortifère engagée depuis une bonne trentaine d’année, mais sans jamais tenter de changer de cap. Il n’a jamais entrepris le moindre effort pour relancer une vraie politique de la recherche. Cette dernière constituait pourtant notre force jusque dans les années 70. Nous ne cessons de prolonger la politique dictée par la ploutocratie spéculative et totalement inhumaine qui a désormais pris le pouvoir au niveau de la planète entière.

D’autres actualités

Bonne rentrée !

Bonne rentrée !

Bonne rentrée à toute la communauté éducative ! Vous les passeurs des principes fondamentaux de notre République. Vous qui transmettez le savoir et œuvrez à la réussite de nos enfants. Cette rentrée vous l’effectuez dans une « situation tendue », selon l’expression...

Pour le droit d’asile en faveur de Julian Assange

Pour le droit d’asile en faveur de Julian Assange

Dans la continuité de notre mobilisation pour Julian Assange, retrouvez mon intervention le 5 février sur la proposition de résolution étudiée lors de la niche du groupe Libertés et Territoires pour lui offrir l’asile et ouvrir la protection à tous les lanceurs...

Ma Question au Gouvernement sur la situation au Mali

Ma Question au Gouvernement sur la situation au Mali

Mardi 1er février, à l'occasion des Questions Au Gouvernement, j'ai interrogé le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, M. Jean-Yves Le Drian, sur la crise diplomatique entre la France et le Mali. En effet, le retrait de notre ambassadeur de Mali est une...