Lorsque j’ai senti que la crise économique de 2008 devenait une crise sociale puis humaine, j’ai entrepris un tour de France à pied à la rencontre de nos concitoyens. Plus de 5 000 kms pendant 9 mois, lors desquels j’ai lancé les Cahiers de l’Espoir.

La tribune de Dalila Berbagui montre, à l’occasion du Grand débat, que mes idées en ont inspiré plus d’un … Est-ce donc les idées qui manquaient à Jean Lassalle ou les millions d’euros ? Quand l’un a fait une campagne de près de 20 millions d’euros et l’autre une de 230 000 euros, n’est-ce pas légitime de se demander si au fond le fait d’exister en politique n’est pas redevenu qu’une affaire d’argent ?

Jean Lassalle

Cette tribune fait suite à une première publiée le 8 décembre 2018[1] lors du lancement des Cahiers de doléances dans les mairies .

Le 10 avril 2013, le député Jean Lassalle a entamé une marche de 5 000 kms, pendant 9 mois, afin « d’écouter nos compatriotes, de recueillir leurs peurs, leurs doutes et leurs aspirations »[2]. Il avait alors lancé les « Cahiers de l’Espoir », en résonance aux Cahiers de Doléances de 1789. De cette marche, a été rédigé un rapport de 200 pages remis aux plus hautes autorités de l’Etat : au Président de la République, aux Présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat ainsi qu’à d’autres représentants de nos institutions. Le 22 avril 2014, Jean Lassalle était reçu par le Président de la République, François Hollande, pour lui remettre en main propre. Interrogé à la sortie, quelques phrases résument la teneur de ce que Jean Lassalle lui a transmis : « l’immense mécontentement de la France à l’égard de leur classe dirigeante et des politiques que nous sommes […]. La France est un pays qui a peur et qui n’a plus confiance en personne »[3].

Qu’en a fait François Hollande ? Pas grand-chose …

Qu’en ont dit les médias nationaux ? Pour certains une reconnaissance et un intérêt à entendre ce diagnostic, pour d’autres l’indifférence et le mépris maintes fois exprimés à son égard « député-ovni »[4], « vacances qu’il s’octroie »[5] en marchant, ou encore « étrange déambulation de Jean Lassalle »[6] …

Qu’en a fait Emmanuel Macron ? L’actualité tragique d’aujourd’hui nous le montre hélas avec tristesse, dégoût et amertume … Amertume pourquoi ?

Le 22 avril 2014 lorsque Jean Lassalle remet son rapport au Président de la République, le secrétaire général adjoint de l’Elysée est un certain Emmanuel Macron … Si le Président n’a ni le temps, ni le loisir de se plonger corps et âme dans ce diagnostic alarmant, d’autres s’en sont bien inspirés dans la démarche, dans la mise en « marche » d’un candidat.

Dans les exemples suivants, je pourrai multiplier à l’infini les preuves de ce plagiat ! Si au moins cette usurpation avait mené à répondre à ces attentes exprimées, dans l’intérêt de la France et de nos concitoyens … alors pourquoi pas ! Hélas, c’était pour nous amener là où nous en sommes aujourd’hui … Constatez par vous-même :

–      Mêmes expressions Rapport la Marche de Jean Lassalle : une marche pour « recueillir leurs peurs, leurs doutes et leurs aspirations »[7] dans les Cahiers de l’Espoir/Site internet « En Marche », « Des centaines de marcheurs se lancent dans une gigantesque opération de porte-à-porte. Le but ? Non pas convaincre mais écouter, comprendre les attentes et les espoirs des Français afin de dresser le diagnostic du pays »[8]

–      Même titre … Titre du livre de Jean Lassalle sur sa Marche « A la rencontre des Français »[9]/Site en Marche sur la démarche des Marcheurs « A la rencontre des Français »[10]

–      Même nom … Nom de l’association citoyenne créée par Jean Lassalle dès 2013 « La Marche citoyenne »[11]/Nom du mouvement politique créé par Emmanuel Macron en 2016 « En Marche »[12] puis « La République en Marche » …

–      Même méthode, même rapport sur de nombreux points … MAIS Le rapport de Jean Lassalle cite de très nombreux témoignages, vérifiables avec des références précises et une démarche clairement explicitée dans la 1ère partie du rapport[13]/Site en Marche : de nombreux témoignages sans expliciter la démarche en annonçant « 25 000 questionnaires » mais aussi « Nous sommes allés partout … »[14].

Après toutes ces preuves de plagiat que je multiplierai volontiers, si vous le souhaitez, le rapport des « Marcheurs » parle d’une « démarche inédite » qui est le socle des propositions avancées par Emmanuel Macron »[15]. « Inédite » …

Si les idées servent, si les démarches louables d’un député-marcheur et de son diagnostic, avaient vocation à être entendues et appliquées, force est de constater l’usage usurpateur qui en a été fait. Le diagnostic de Jean Lassalle a été fait avec force et sincérité, en ne travestissant jamais la parole des Français. Il avait déjà donné lieu à des propositions émanant des Cahiers de l’Espoir et des Comités de réflexion et de propositions ont été créées à sa suite. Des réunions citoyennes, un projet, un programme porté par le candidat Jean Lassalle à la dernière présidentielle. Dans une démarche citoyenne, d’intelligence collective et de démocratie participative tant souhaitée par nos concitoyens. Pourrait-on en dire autant de la République en Marche, dont beaucoup en interne parlent de verticalité et de pseudo-consultation des militants … Deux démarches, deux mouvements, deux anciens candidats, mais pas la même sincérité, ni les mêmes soutiens financiers, médiatiques et autres, hélas si essentiels dans notre pays pour élire notre Président … L’un a fait une vraie « marche », l’autre a conduit la France en « marche arrière », là où on la trouve aujourd’hui …

L’Association des maires ruraux de France (AMRF) avait alors lancé les Cahiers de doléances pour « Transmettre les doléances et propositions à leur association pour en faire une synthèse départementale et la diffuser au Gouvernement et au Parlement et aux médias »[16] … J’ai un profond et inestimable respect pour nos maires, et nos maires ruraux qui s’engagent, sans compter leur temps, et qui sont frappés de plein fouet par la crise de vocation[17]. Un maire sur deux ne souhaite plus se présenter aux prochaines élections[18]. Il aurait été judicieux de leur épargner ce temps si précieux, et celui de nos concitoyens, … au regard de la prise en compte finale de ces contributions !

Ce mardi 9 avril 2019 a été présenté, en grande pompe, au Grand Palais, la synthèse du Grand débat national … de biens grands mots pour hélas beaucoup de tromperies …

–      Les chiffres d’abord, le site officiel dédié au Grand débat annonce : « 1 932 884 contributions en ligne, 10 134 réunions locales, 16 337 communes ayant rempli des cahiers de citoyens, 27 374 courriels reçus »[19]. Vous remarquerez l’usage du terme « contributions » et non pas « contributeurs ». Or là est la duperie d’un comptage vantant les mérites d’une large participation citoyenne. A y regarder de plus près, on tombe à près de 500 000 contributeurs ayant apporté de multiples contributions … Le Monde cite le plus actif d’entre eux, avec pas moins de 472 contributions ![20]. Puis à zoomer d’encore plus près, en y retirant les doublons, les trolls qui se sont perdus ici et là … on tombe encore à près de 250 000 contributeurs … Une différence pour le moins notable entre les près de 2 millions de « contributions » annoncées et les 250 000 « contributeurs » …

–      Thèmes imposés, questions orientées : quatre thèmes ont été imposés « Fiscalité et dépenses publiques », « Organisation de l’Etat et des services publics », « Démocratie et citoyenneté », « Transition écologique », une démarche surprenante lorsqu’il s’agit de consulter et donner la parole aux Français … Imaginons un Jean Lassalle, lors de son tour de France, dire aux Français « Ah ça vous pouvez en parler, ça non ! ». Ajoutons à cela une orientation des débats avec des questions orientées ! Un exemple l’illustre, hélas, parmi tant d’autres celui du rétablissement de l’ISF, l’une des fortes revendications des Gilets jaunes, mais aussi de la grande majorité des Français. Nombre de sondages nationaux le disent, le dernier en date avec « 77 % des sondés favorables au rétablissement de l’ISF »[21]. Alors comment passe-t-on de 77 % à 10,3 % selon les données du Grand débat ?

L’institut chargé d’établir ces données, OpinionWay, n’a pris en compte que la plateforme en ligne : « Deux types de contributions ont été traités : celles issues des propositions et celles issues des questions rapides (questionnaires) » (Présentation de la méthodologie)[22]. Mais encore, la formulation de ces questions (plateforme en ligne) est largement biaisée : « Que faudrait-il faire pour rendre la fiscalité plus juste et plus efficace ? » et « Y a-t-il d’autres points sur les impôts et les dépenses sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ? »[23]. Point de question clairement formulée et posée sur la question de l’ISF …

Exit donc les Cahiers citoyens (mairies) et les contributions aux diverses réunions locales, dont des synthèses à part ont été produites mais non intégrées aux données chiffrées ! Des synthèses dont les chiffres eux-mêmes interpellent. Sébastien Lecornu (ministre chargé des collectivités territoriales, un des animateurs du Grand débat) reconnaît sur France inter que l’ISF ressort « massivement » des cahiers rédigés en mairie[24]. La synthèse nationale « des Doléances et propositions collectées par Les maires ruraux de France », établie par l’Association des maires ruraux de France » (AMRF), corrobore cette donnée : « Le rétablissement de l’ISF est une demande commune voire systématique »[25]. Or dans la synthèse finale et officielle des cahiers, dans le cadre du Grand débat, ces données se sont évaporées. Si « la nécessité de faire davantage contribuer les patrimoines élevés » est bien retranscrite, la proposition de « rétablir l’ISF » n’en rassemble plus que « 17 % »[26] …

Cet exemple de décalage abyssal entre données du débat, demande des Gilets jaunes et attente des Français interpelle aussi sur la sociologie des contributeurs.

–      Sociologie des contributeurs :

Le directeur du CEVIPOF en a présenté les grands traits à partir d’un échantillon représentatif : « Tout d’abord, elle n’est pas un miroir de la société française dans son ensemble. Ensuite, elle semble, même s’il faut rester prudent, éloignée des traits sociologiques des gilets jaunes et par extension du soutien des gilets jaunes. Par exemple, sur le terrain des caractéristiques sociales subjectives, les participants au débat nous ont indiqué s’en sortir soit « plutôt facilement » (55 %) avec leurs revenus, soit « très facilement » (11 %) … »[27].

La non-prise en compte de ces cahiers (rédigés en mairies) dans les données chiffrées est une offense aux « 16 337 communes »[28] de France qui se sont prêtées au jeu. Un jeu dont les dés étaient pipés, comme hélas j’avais alerté lors de ma précédente tribune.

Le diagnostic ils le connaissent parfaitement, dites-leur tout simplement et rapidement de se rafraîchir la mémoire à la relecture du rapport de Jean Lassalle, l’original, et non la copie, l’essentiel étant à présent d’agir et de répondre aux attentes des Français dans le cadre d’un débat et d’institutions qui doivent être profondément renouvelées !

 

           Dalila Berbagui 10 avril 2019

[1] Tribune publiée sur mon compte Facebook le 9 décembre 2018 : https://www.facebook.com/dalila.be.1/posts/2024578064293473
[2] http://resistons-france.fr/wp-content/uploads/2017/06/La-Marche_Rapport-de-J.-Lassalle.pdf
[3] Extrait d’un reportage réalisé par France 3 : https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/pyrenees-atlantiques/jean-lassalle-rencontre-francois-hollande-464333.html
[4] https://www.nouvelobs.com/politique/20131214.OBS9555/jean-lassalle-le-depute-ovni-qui-a-sillonne-la-france.html
[5] https://www.lexpress.fr/actualite/politique/jean-lassalle-le-depute-qui-taille-la-route_1272254.html
[6] https://www.lexpress.fr/region/l-etrange-deambulation-de-jean-lassalle_1259748.html
[7] http://resistons-france.fr/wp-content/uploads/2017/06/La-Marche_Rapport-de-J.-Lassalle.pdf
[8] https://en-marche.fr/le-mouvement
[9] https://www.lisez.com/livre-grand-format/a-la-rencontre-des-francais/9782749140506
[10] https://en-marche.fr/le-mouvement
[11] http://www.jeanlassalle.fr/la-marche-citoyenne/
[12] https://en-marche.fr/le-mouvement
[13] http://resistons-france.fr/wp-content/uploads/2017/06/La-Marche_Rapport-de-J.-Lassalle.pdf
[14] https://storage.googleapis.com/en-marche-fr/Diagnostic-mis-en-ligne.pdf
[15] https://en-marche.fr/le-mouvement
[16]http://www.amrf.fr/Portals/0/0_Liens%20fonctionnels/181205%20APVF_et_AMRF_Operation_Mairie_Ouverte.pdf
[17] A ce sujet Jean Lassalle en a largement parlé dans son rapport et vient de publier cette tribune : https://www.marianne.net/debattons/editos/adieu-monsieur-le-maire-par-jean-lassalle
[18] https://www.sciencespo.fr/cevipof/sites/sciencespo.fr.cevipof/files/cevipof%281%29.pdf
[19] https://granddebat.fr/
[20] https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/04/08/doublons-contributeurs-frenetiques-les-limites-du-grand-debat-en-ligne_5447578_4355770.html
[21] Sondage Ifop pour Le Journal du dimanche, réalisé les 4 et 5 janvier 2019 auprès d’un échantillon représentatif de 1 003 personnes âgées de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.
[22] https://granddebat.fr/media/default/0001/01/f73f9c2f64a8cf0b6efa24fdc80179e7426b8cc9.pdf
[23] https://granddebat.fr/media/default/0001/01/66a7d5c2cd8e689975503d003b12515767e94c25.pdf
[24] https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-09-avril-2019
[25] https://www.amrf.fr/wp-content/uploads/sites/46/2019/01/Synth%C3%A8se-Globale-V2-1.pdf
[26] https://granddebat.fr/media/default/0001/01/495bc6da75590cd6bd9434611b53bca97b49e0af.pdf
[27] https://www.liberation.fr/debats/2019/03/14/un-public-eloigne-des-traits-sociologiques-des-gilets-jaunes_1715170
[28] https://granddebat.fr/media/default/0001/01/d1b3d5930d07405e87e7789750ee3850faff3de4.jpeg