Coronavirus : pour vaincre le fléau, laissez au Parlement sa responsabilité

Communiqué de presse de Jean LASSALLE sur le projet de loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de COVID-19.

22 mars 2020.

 

Il m’est impossible en conscience de voter le texte qui nous est ici proposé. Je vote non. J’ai apprécié les dernières interventions du Président de la République au sujet du coronavirus. Je n’ai pas compris, et je l’ai immédiatement dit, que soit maintenu le premier tour des élections municipales, qui s’est avéré plus une source d’ennuis que de solutions.

La situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui est le résultat de ces dernières décennies de démission, au cours desquelles l’Homme a abandonné l’Homme. Nous avons abandonné les services de proximité et la recherche. Ce qui fait que nous sommes de nouveau aussi démunis qu’au Moyen Âge. La spéculation financière a repris une fois encore le pouvoir, elle a réduit l’espace politique à un théâtre d’ombres. Elle a refait de la plupart des très hauts fonctionnaires des courroies de transmission, et a abandonné les représentants locaux de l’État. Je pense ici aux Préfets et à l’ensemble de nos services publics. Elle a déconsidéré et désarmé nos maires et la quasi totalité de nos corps intermédiaires. Elle a réduit au silence la presse et les sondeurs d’opinions, en les laissant aux mains d’une ploutocratie plus intéressée par ses revenus que par la liberté d’informer et de s’exprimer. On n’a eu de cesse d’amoindrir et de fermer les établissements de santé, malgré l’opposition unanime des acteurs de terrain. Notre organisation sanitaire s’en trouve aujourd’hui considérablement amoindrie.

Je m’incline devant l’engagement des praticiens, quel que soit leur niveau, qui, au bord de l’épuisement, combattent jours et nuits pour anticiper et sauver nos vies. Je ressens la souffrance de ceux qui sont atteints et de ceux qui se battent à cette heure-ci contre la mort. Je partage la peine de leurs familles et de leurs proches. Je comprends profondément l’anxiété et la peur de ceux qui craignent d’être contaminés à leur tour.

Une fois de plus, je suis impressionné par le formidable sursaut de courage, de solidarité et d’unité nationale de notre grand pays. S’agissant de cette dernière, je ne veux nullement la casser, ni régler le moindre différent avec Monsieur le Président de la République et son gouvernement. Ils n’ont pas su faire autrement que de s’inscrire dans la longue chaîne de démissions que j’ai évoquée.

En ce moment si grave et si lourd de l’Histoire de notre pays, mon geste se veut simplement comme un appel à nous ressaisir, nous qui avons la chance de constituer les élites. Le Président de la République dispose avec l’article 16 de notre Constitution de tous les moyens de combattre en notre nom. Il a choisi et je le comprends, de privilégier le sentiment d’unité nationale. Ce dernier doit survivre à tout prix. Il ne le pourra que s’il est mû par le sentiment de servir et de servir ensemble. Si le Président de la République se contente d’une caution auprès d’un Parlement croupion et inconstitutionnel, s’il ne retient même pas quelques-unes des propositions de simple bon sens que ce dernier lui propose, l’unité du pays n’y survivrait pas dans les jours et semaines qui viennent. Le Président de la République l’a dit lui-même et je le pense aussi : « Nous ne sommes qu’au début de la bataille. ».

Quoi qu’il m’en coûte, l’expression de mon vote se veut avant tout un appel à notre responsabilité à tous à l’image de notre peuple exemplaire. Monsieur le Président, je me permets de le rappeler solennellement : laissez au Parlement la responsabilité qui est la sienne en appui de votre action sinon, utilisez l’article 16 de la Constitution. Les semaines qui viennent y gagneront en confiance ainsi que le sentiment d’unité nationale que nous tremperons alors ensemble. Nous serons alors beaucoup mieux armés pour vaincre le fléau et relancer la vie économique et sociale, comme vous l’avez également annoncé dans la situation où se trouve notre pays.                                                                   

Jean LASSALLE

Député de la 4ème circonscription des Pyrénées-Atlantiques

Président du mouvement Résistons!

Contact presse : contact@resistons-france.fr

Coronavirus : oui à toutes les dispositions salutaires à la santé, non au risque sanitaire et à la discrimination démocratique

Communiqué de presse de Jean LASSALLE, 12 mars 2020

J’ai apprécié l’allocution de Monsieur le Président de la République Emmanuel Macron par son caractère solennel et apaisant.

J’ai apprécié son appel à l’union et à la solidarité de tous. Oui notre Nation, tout au long de son histoire, a su combattre l’adversité et la vaincre lorsqu’elle était unie.

Mais je dénonce fermement, malgré le caractère de gravité qui l’a habité et qu’il a voulu nous transmettre, le maintien des élections municipales. Les maires ne cessent de le répéter depuis plusieurs jours déjà les dispositions sanitaires ne sont pas tenables dans leurs communes.

Par ailleurs cette décision qui aurait pu passer pour baroque est franchement discriminatoire à l’égard d’un peuple qu’il a appelé à s’unir. Comment peut-on, dans une élection si importante dans l’esprit de nos compatriotes, décourager les plus de 70 ans et les plus vulnérables d’aller voter ? Sans compter tous ceux qui n’iront pas voter, de crainte pour eux-mêmes ou pour leurs proches.

Monsieur le Président de la République, sans le moindre esprit polémique, compte-tenu des informations scientifiques et médicales que vous détenez, la situation sanitaire de notre pays impose toutes les dispositions exceptionnelles et sans limite de temps. Nous devons nous y tenir avec sagesse, responsabilité et détermination dans tous les domaines qui le nécessitent sans contradiction. Vous les avez pourtant prises pour nos crèches, nos écoles, nos collèges, nos lycées et nos universités de France.

Monsieur le Président de la République, oui à la mise en œuvre de toutes les dispositions salutaires à la santé de nos concitoyens, non au risque sanitaire et à la discrimination démocratique que vous vous apprêtez à créer de fait.

La République est une et indivisible ou elle n’est plus.

Jean LASSALLE

Député de la 4ème circonscription des Pyrénées-Atlantiques

Président du mouvement Résistons!                                                       

Contact presse : contact@resistons-france.fr

Coronavirus : Prenons soin de nous-mêmes, de nos parents, des personnes âgées et vulnérables qui nous entourent

Communiqué de presse de Jean LASSALLE – 11 mars 2020.

La France et l’humanité affrontent une crise sanitaire grave. En étant plus attentifs sur nous-mêmes, à l’égard des uns et des autres, nous affronterons cette épreuve avec beaucoup plus de chances de la surmonter rapidement. J’espère qu’il n’y aura pas de surenchère politicienne mais une volonté partagée d’en sortir.

Adoptons avec rigueur et sans attendre, toutes les mesures de prévention et de protection, recommandées par les autorités responsables et les professionnels.
Prenons soin de nous-mêmes, de nos parents, des personnes âgées et vulnérables qui nous entourent.
Je remercie et encourage tout le corps médical très mobilisé actuellement. Il a besoin de notre soutien et de notre solidarité. Il nous faut absolument mobiliser des moyens massifs dans nos hôpitaux publics et nos services de santé. Prenons conscience ensemble de ce qu’il peut en coûter de passer au second plan l’homme, sa santé et les impératifs de recherche. De nos chercheurs en biologie dans leurs laboratoires, jusqu’aux fils et filles qui aident leurs parents âgés, nous pouvons tous lutter contre le coronavirus.
Je pense aussi à ceux d’entre nous qui seront forcément impactés sur le plan économique, social et hélas, pour ceux qui le seront, dans leur capacité à survivre. Il nous faudra les accompagner et les soutenir par des mesures exceptionnelles et appropriées.
J’espère que nous sortirons le plus rapidement possible de cette terrible épreuve sanitaire, en adaptant notre système de santé et plus globalement notre modèle de société aux enjeux de notre époque.
Pour que l’homme retrouve l’homme !

Jean LASSALLE
Député de la 4ème circonscription des Pyrénées-Atlantiques
Président du mouvement Résistons!

Contact presse : contact@resistons-france.fr

Veni, Vidi, Vinci – Soutien au RIP sur Aéroport De Paris

Veni, Vidi, Vinci – Soutien au RIP sur Aéroport De Paris

Le 9 mai 2019, le Conseil Constitutionnel  a validé l’initiative de 248 parlementaires afin d’empêcher la privatisation de l’Aéroport De Paris (ADP)

La 2ème étape s’étend jusqu’au 12 mars 2020. Pour enclencher le Référendum d’Initiative Partagée (RIP), il nous faut recueillir le soutien de 10% du corps électoral (4,7 millions d’électeurs).

MOBILISONS NOUS !

Ne laissons pas l’aménagement de nos aéroports aux mains des multinationales !

Stoppons ce processus de privatisation scandaleux !
Hier nos autoroutes, aujourd’hui nos aéroports, nos retraites, demain nos hôpitaux, nos maternités…

VOTONS ET FAISONS VOTER AUTOUR DE NOUS !

 

Signez sur : http://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

Rejoignez nous sur : https://resistons-france.fr/

Communiqué de Presse de Jean Lassalle sur le Bac Blanquer

Chers amis,

Je vous fais part du témoignage qu’un élève m’a adressé à propos des épreuves E3C (épreuves communes de contrôle continu) du nouveau BAC Blanquer :

« Bonjour,

Je m’appelle O., j’ai 16 ans et j’habite en Ardèche.

Je commence demain les E3C avec la LVB, je voulais vous faire part de mon emploi du temps: 2h de Spécialité maths, 2h d’Enseignement Scientifique, 1h pour manger, 3h de français et 1h d’E3C et encore 1h d’italien après si non c’est pas marrant. Je termine donc à 18h, j’aurai fait 7 heures de cours avant de faire les E3C et encore 1h après, sans compter que mardi, je recommence les cours à 8h …
La vérité c’est qu’avec cette réforme, il est impossible pour les élèves (et peut être même pour les profs), physiquement et moralement de tenir !

Très cordialement, merci.

Continuez votre combat pour la France ! »

O.

Partout dans les lycées de France, les mobilisations se multiplient et se durcissent contre le BAC Blanquer imposé par la force. Ce passage d’un diplôme national à un bac local accroît les inégalités entre les territoires et entre les candidats. Les élèves en font les frais aujourd’hui mais aussi au moment de Parcoursup.

Les épreuves d’E3C se déroulent dans des conditions inacceptables.

Des grilles d’évaluation sont arrivées (quand elles leur parviennent) quelques semaines avant les épreuves. Elles n’ont pas permis de préparer les élèves aux critères attendus, dès le début de l’année scolaire.

Face aux mobilisations, les menaces et les intimidations se multiplient, vis-à-vis des enseignants, des élèves et de leurs parents. Chantage au zéro, négociation des motifs d’absence aux E3C, menaces de procédure disciplinaire contre les enseignants et les élèves mobilisés …. A cela s’ajoutent des violences et des arrestations arbitraires d’élèves mineurs ! Tous ces faits accentuent encore la souffrance de l’ensemble de la communauté éducative depuis la rentrée scolaire.

Face à cela le Ministère menace et mène une campagne mensongère (chiffres des mobilisations). Dans nombre d’établissements, ils reportent aux calendes grecques les épreuves qui n’ont pu se tenir …

Face à cela des médias nationaux, notamment télévisuels, ignorent ces faits qui mettent en péril l’avenir de nos élèves et de nos enseignants !

Réagissons, dénonçons et ouvrons une nouvelle phase de discussions pour une réforme du bac équitable et ambitieuse,

Résistons !
Jean Lassalle, député des Pyrénées-Atlantiques et président du mouvement

Chers amis,

Je vous fais part du témoignage qu’un élève m’a adressé à propos des épreuves E3C (épreuves communes de contrôle continu) du nouveau BAC Blanquer :

« Bonjour,
Je m’appelle O., j’ai 16 ans et j’habite en Ardèche.
Je commence demain les E3C avec la LVB, je voulais vous faire part de mon emploi du temps: 2h de Spécialité maths, 2h d’Enseignement Scientifique, 1h pour manger, 3h de français et 1h d’E3C et encore 1h d’italien après si non c’est pas marrant. Je termine donc à 18h, j’aurai fait 7 heures de cours avant de faire les E3C et encore 1h après, sans compter que mardi, je recommence les cours à 8h …
La vérité c’est qu’avec cette réforme, il est impossible pour les élèves (et peut être même pour les profs), physiquement et moralement de tenir !
Très cordialement, merci.
Continuez votre combat pour la France ! »
O.
 
Partout dans les lycées de France, les mobilisations se multiplient et se durcissent contre le BAC Blanquer imposé par la force. Ce passage d’un diplôme national à un bac local accroît les inégalités entre les territoires et entre les candidats. Les élèves en font les frais aujourd’hui mais aussi au moment de Parcoursup.
Les épreuves d’E3C se déroulent dans des conditions inacceptables.
Des grilles d’évaluation sont arrivées (quand elles leur parviennent) quelques semaines avant les épreuves. Elles n’ont pas permis de préparer les élèves aux critères attendus, dès le début de l’année scolaire.
Face aux mobilisations, les menaces et les intimidations se multiplient, vis-à-vis des enseignants, des élèves et de leurs parents. Chantage au zéro, négociation des motifs d’absence aux E3C, menaces de procédure disciplinaire contre les enseignants et les élèves mobilisés …. A cela s’ajoutent des violences et des arrestations arbitraires d’élèves mineurs ! Tous ces faits accentuent encore la souffrance de l’ensemble de la communauté éducative depuis la rentrée scolaire.
Face à cela le Ministère menace et mène une campagne mensongère (chiffres des mobilisations). Dans nombre d’établissements, ils reportent aux calendes grecques les épreuves qui n’ont pu se tenir …
Face à cela des médias nationaux, notamment télévisuels, ignorent ces faits qui mettent en péril l’avenir de nos élèves et de nos enseignants !
Réagissons, dénonçons et ouvrons une nouvelle phase de discussions pour une réforme du bac équitable et ambitieuse,
 
Résistons !
Jean Lassalle, député des Pyrénées-Atlantiques et président du mouvement
Voeux de Jean Lassalle pour 2020

Voeux de Jean Lassalle pour 2020

Chères Résistantes, Chers Résistants,

En ce début janvier, je vous souhaite une très belle année, de petits et grands bonheurs, de rires et de joies, et de satisfactions dans vos projets. Mes pensées vont aussi à ceux qui sont seuls, malades, et parfois désespérés.

Que cette année soit de nouveau marquée par la Résistance !  La Résistance à un modèle qui s’est imposé à nous et qui brise nos vies un peu plus chaque jour. La Résistance au marasme économique. La Résistance à cet individualisme grandissant. L’espoir naît de la résistance

Ensemble, nous pouvons mener cette Résistance, pacifique et bienveillante, mais avec force et convictions. Ce changement nous devons en être les acteurs, au quotidien, dans nos territoires. Aussi, j’en appelle à l’éveil et à la mobilisation de nos jeunes concitoyens.

Pour mener nos réflexions et nos actions, des relais départementaux ont été mis en place depuis septembre 2019. Je les remercie de nouveau d’avoir accepté cette mission au combien importante pour notre mouvement. Vous trouverez leurs coordonnées dans cette lettre d’information. D’autres relais départementaux vont les rejoindre en ce début d’année 2020.

Si vous n’avez pas encore été sollicités, je vous invite à prendre rapidement contact avec eux. Vous pourrez vous réunir, faire remonter vos idées et propositions du terrain, mener des actions dans vos territoires. Chaque militant, chaque sympathisant a sa place dans notre mouvement, selon ses envies, ses compétences, ses possibilités. C’est avec la contribution de chacun que nous parviendrons à faire vivre et perdurer notre action.

En vue des municipales 2020, Résistons! soutiendra des candidats qui se sont déjà manifestés auprès ne nous. Si vous souhaitez être candidat, et demandez le soutien de Résistons!, merci de nous adresser votre candidature et votre projet à contact@resistons-france.fr

 

Après une fin d’année difficile, notamment financière, nous devons franchir un nouveau cap en cette année 2020.

J’invite celles et ceux qui ne l’auraient pas encore fait à renouveler leur adhésion. Vous pouvez accompagner votre cotisation d’un don. Comme pour toutes les autres associations de financement, Résistons! peut recevoir des dons défiscalisés à hauteur de 66 %.

Vous pouvez adresser votre don en ligne en cliquant sur le lien ci-dessous :
https://resistons-france.fr/adhesion-don-1/
Vous pouvez adhérer et/ou faire un don en cliquant sur le lien suivant :
https://resistons-france.fr/faire-un-don/adhesion-2019/
Enfin vous pouvez envoyant votre chèque par voie postale à :

Association de financement Résistons!
          50 boulevard Malesherbes
          75 008 Paris

 

Vous trouverez le bulletin d’adhésion et de donation en cliquant sur le lien suivant : http://resistons-france.fr/wp-content/uploads/2018/11/Formulaire-dons-modifi%C3%A9DEF.pdf

Nous savons combien les temps sont durs. Tout don quel qu’en soit le montant participera et déterminera notre avenir. Si vous ne pouvez rien, nous le comprendrons tout à fait naturellement.

 

Je vous assure, Chers Amis, de mes sentiments les plus chaleureux et fraternels.

Jean Lassalle,

Réaction de Jean Lassalle aux déclarations d’Edouard Philippe sur les retraites (11/12/2019)

J’ai écouté les explications de Monsieur le Premier ministre sur la réforme des retraites. Il s’est livré à un exercice habile : fracturer le mouvement qui s’interroge sur le bien-fondé de ce projet. Les simulacres de concertation à répétition, l’étrange jeu du chat et de la souris engagé avec les syndicats sont-ils à la hauteur de ce que l’on attend d’un gouvernement en pareilles circonstances ? A défaut d’un projet clairement écrit et expliqué, que savons-nous réellement ce soir de l’avenir de notre retraite ?

Personnellement, je refuse d’apparaître aux yeux de l’Histoire comme le représentant d’une génération « chanceuse » (née avant 1975), et par conséquent épargné par cette réforme. Je veux savoir quel est le sort qui sera réellement réservé à nos enfants et petits-enfants. Je crains que leurs seuls et véritables interlocuteurs ne soient les sinistres fonds de pensions américains. Ils sont déjà bien présents sur la place et se font actuellement de moins en moins discrets. Cette capitalisation déguisée d’une des institutions dont nous sommes les plus fiers ne serait pas uniquement une faute politique.

C’est une trahison à l’égard des valeurs qui sont les nôtres et au détriment de l’avenir de nos enfants et petits-enfants. J’invite tous ceux qui ne se sont pas encore penchés sur cette question essentielle de notre temps à bien vouloir le faire d’urgence.

Résistons !

Appel aux dons

logo resistons france

Jean LASSALLE,

Président du Mouvement Résistons!

50 boulevard Malesherbes 75 008 Paris

contact@resistons-france.fr

 

Paris,
le 15 octobre 2019,

Chers amis fidèles,

La situation de notre pays est de plus en plus préoccupante. Elle ne restera pas bien longtemps en l’état, j’en ai hélas acquis l’intime conviction.

Alors que je n’apparais plus dans aucun média, que mon temps de parole est comprimé à l’Assemblée nationale comme jamais, assez étonnamment Résistons! connaît un écho croissant. Comme vous le savez, nous avons notre siège à Paris, au 50 boulevard Malesherbes, et j’ai recruté deux permanentes (l’expérience tentée à deux reprises prouve qu’une seule personne ne peut pas tenir le coup dans un contexte aussi extrême). Sans professionnalisme ni suivi continu, sans organisation, toute structure est vouée à l’essoufflement, à l’asphyxie et à la disparition. Aussi, nous entamons une étape décisive dans la structuration et l’enracinement de notre mouvement. Nous mettons en place nos relais départementaux. Les premiers étaient en formation à Marseille les 5 et 6 octobre dernier, dans le centre de formation que nous avons initié « République et territoires solidaires

Pour organiser et financer notre croissance et notre enracinement, j’ai besoin de vous. Pour garder une complète indépendance d’action et de parole, on ne peut compter que sur nous-même et ceux qui croient suffisamment en notre Cause.

La cotisation offre, à qui veut, la possibilité de marquer son adhésion et sa volonté de s’investir au sein de Résistons!. Cette cotisation a été fixée à 10 € pour que son montant permette à tous ceux qui le souhaitent de participer à cet élan. Le financement des activités de Résistons! ne peut être couvert par les seules cotisations. Pour vivre et grandir, les dons versés dans le cadre prévu par la loi nous sont indispensables. Pour continuer de faire vivre notre projet commun, je vous invite à adhérer ou à renouveler votre adhésion à Résistons!. Vous pouvez accompagner votre cotisation d’un don.  Vous pouvez aussi juste faire un don pour soutenir notre cause sans adhérer. Résistons! est maintenant un mouvement officiellement reconnu. Il peut recevoir des dons et, comme pour toutes les autres associations de financement, ceux-ci sont défiscalisés à hauteur de 66 %. Notre équipe actuelle nous garantit la possibilité de traiter vos dons et adhésions, dans les délais permettant d’assurer leur défiscalisation. Malgré ses immenses occupations, Antoine Nougarède a bien voulu reprendre la fonction de trésorier avec maître Benoît Cazères, notaire à Seyne-les-Alpes. Il est aussi maire et vice-président d’une communauté de communes.

Comme ce fût le cas l’an dernier, Résistons! percevra la dotation à laquelle chaque député a droit, soit 30 000 euros, à compter du mois de mars prochain. Nous sommes aussi en pourparlers avec plusieurs banques dans l’espoir de décrocher un prêt, malgré leurs réticences (et un peu plus encore !) à financer les partis politiques.

Vous pouvez adresser votre aide, directement par chèque ou don en ligne (https://resistons-france.fr/faire-un-don/adhesion-2019/) à :

Association de financement Résistons!

50 boulevard Malsherbes

75 008 Paris

Vous trouverez à cet effet le bulletin d’adhésion et de donation en pièce-jointe.

Merci de m’avoir lu, merci de faire ce que vous pourriez faire. Nous savons combien les temps sont durs. Tout don quel qu’en soit le montant sera le bienvenu. Si vous ne pouvez rien, nous le comprendrons tout à fait naturellement.

Je vous assure de mes sentiments les plus chaleureux et fraternels.

Jean Lassalle,

député des Pyrénées-Atlantiques et président du mouvement Résistons !

 

NB : N’oubliez pas notre séminaire annuel de réflexion Résistons! les 15-16 et 17novembre prochains. Une invitation vous a été envoyée par mail.  

 

Communiqué de presse – 30 septembre 2019

Communiqué de presse – 30 septembre 2019

Jean LASSALLE

Député de la 4ème circonscription des Pyrénées-Atlantiques

Président du mouvement Résistons!

Le lundi 23 septembre, le corps de Christine Renon, 58 ans, directrice d’école à Pantin a été retrouvé sans vie, dans le hall de son établissement.

Christine Renon a consacré toute sa vie à ce si noble métier, celui d’« institutrice », puis de « directrice d’école », avec passion, engagement et dévouement. 

Elle a laissé plusieurs lettres, envoyées à sa hiérarchie, ses collègues et ses proches. 

Surcharge de travail, dégradations des conditions d’exercice. Solitude ressentie face aux nombreuses situations complexes, solitude pour appréhender et répondre aux nouvelles pratiques éducatives. Sentiment d’abandon : « je n’ai pas confiance au soutien et à la protection que devrait nous apporter notre institution ».

Comment en est-on arrivé là ? Combien de Christine Renon, de Jean Willot nous faudra-t-il pour prendre la mesure du mal être des enseignants ? Du mal être plus global, de cette souffrance au travail qui caractérise de trop nombreux secteurs d’activités. 

Le suicide des agriculteurs, des policiers, des instituteurs et de tous les autres, dont on ne parle pas, car comme Christine Renon le dit si bien « il ne faut pas faire de vague » …

Quand aurons-nous des réponses immédiates et efficaces face à ces drames, ces cris d’alarme, ces conditions de travail toujours plus dégradées ?

L’Etat et notre institution scolaire ont le devoir de protéger leur personnel et de veiller à leur bien-être. 

Nous devons avoir une formation et un accompagnement à la hauteur des enjeux et des crises qui doivent être gérés au quotidien.

C’est tout un système de gouvernance qui doit être remis à plat, où la dimension humaine doit l’emporter sur la logique financière !

Tribune de Jean Lassalle sur la privatisation d’Aéroport de Paris

Tribune de Jean Lassalle sur la privatisation d’Aéroport de Paris

Le 11 juillet dernier, accompagné de collègues, nous avons publié une tribune soutenant le projet de RIP (Référendum d’Initiative Partagée), visant à affirmer le caractère de « service public national » d’ADP (Aéroport de Paris). Je réitère mon opposition totale à ce projet de privatisation. Déréguler et libéraliser toujours plus, au détriment de l’humain !

Nous devons reconstruire notre espace politique et économique, et non pas céder nos aéroports, comme nous avons abandonné nos autoroutes. Partout où l’Etat et les communes se retirent, le profit privé des multinationales s’installe, au détriment de la qualité du service public et même bien souvent de son prix.

J’apporte de nouveau mon soutien au RIP, qui aujourd’hui en recueille près de 770 000 signatures, devant atteindre les 4,7 millions avant le 12 mars 2020 !

Je vous invite à signer le RIP en allant sur le lien suivant   https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

Citoyennes, citoyens, résistez pour que survivent un Etat et un service public dignes de ce nom !

 

Jean Lassalle, député des Pyrénées-Atlantiques et président du mouvement Résistons!