Jacqueline Deneuve : mon cheminement avec Résistons!

6 Mai 2020 | Non classé

 

Compagnon de la Marche Citoyenne…

 

J’ai rencontré le député Jean Lassalle lors d’un débat public dans les Deux-Sèvres un soir de janvier 2012. La météo était glaciale mais la volonté de rencontrer cet élu qui avait fait une grève de la faim pour sauver des emplois dans sa vallée pyrénéenne était telle que rien ne pouvait m’empêcher de venir à sa rencontre. Ma première dédicace du livre « Le Retour du Citoyen », les premiers mots échangés avec cet élu à l’accent béarnais ne m’ont pas laissé indifférente. J’ai été sensible aux mots prononcés, aux valeurs qu’il défendait. Ce dernier est un élu très singulier, il a une profonde humanité et une grande clairvoyance de ce qui l’entoure et du monde d’aujourd’hui. Il sait parler aux hommes et il est sans aucun doute le seul de la sphère politique. Il sait toucher le cœur de ses interlocuteurs. Cette singularité est difficile à porter car loin de ressembler « aux autres », on vous marginalise, vous devenez iconoclaste, présent et en même temps nulle part. Les vérités que vous dites, on ne veut pas les entendre. J’ai tout de suite réalisé que mon parcours politique prenait une autre orientation sans le savoir. Le temps a fait son œuvre, la présidentielle de 2012 passée, j’ai suivi avec un grand intérêt de loin la Marche Citoyenne du député Jean Lassalle en 2013 à travers toute la France. J’étais admirative de ce qu’un élu comme Jean Lassalle était capable de réaliser. Avec une grande humilité et sans volonté d’attirer les feux des projecteurs sur lui seul, le député a réalisé un exploit, nul autre pensionnaire du Palais Bourbon n’aurait entrepris pareil acte. C’est un acte de résistance qu’a posé le député basco-béarnais avec un objectif à atteindre : Redonner la parole au citoyen, redonner la parole au peuple de France qui s’est déclaré souverain dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et qu’on a fait disparaitre du cœur de l’action publique.

Cette Marche Citoyenne avait un sens. Elle a eu un début, à Dunkerque, un territoire du Nord de la France meurtri par la désindustrialisation et les délocalisations. La fin était une inconnue….. L’histoire, c’est le député qui marche et les citoyens rencontrés qui l’ont faite. Neuf mois de marche et des milliers de kilomètres parcourus. Cet acte de résistance a été jalonné de multiples échanges avec des citoyens, des élus locaux désœuvrés, des acteurs locaux découragés… avec toujours ce même sentiment d’abandon. La Marche Citoyenne lui a permis de donner raison très concrètement à sa vision et ses craintes pour l’avenir. Il fallait agir, répondre à ces doléances qui le heurtaient au plus profond de son être. En 2014, c’est en Europe que le Député est reparti. Il lui fallait aller à la rencontre de nos voisins pour juger de leur situation par rapport à la nôtre. Le constat fut sans appel, les mêmes problématiques territoriales et institutionnelles ne connaissent pas les frontières. Suite à la Marche Citoyenne, une association loi 1901 du même nom est née. Elle a rassemblé tous les compagnons de route du député et les membres du Comité de suivi qui ont assuré l’intendance logistique pour l’aider à mener à bien son projet. J’ai rejoint sans hésiter l’association et j’y ai œuvré notamment pour l’enracinement territorial avec des compagnons qui sont devenus des amis ainsi que pour la communication afin de donner une plus grande visibilité au projet, le faire davantage connaître du grand public. Le bénévolat a pris une place encore plus importante dans ma vie mais qu’importe, il faut diffuser la parole de Jean Lassalle dans nos territoires, être à l’écoute de nos concitoyens. « L’homme qui retrouve l’homme » comme l’élu aime à le rappeler. Surmonter les obstacles demande du temps, de la patience, mais la force des convictions qu’il nous transmet nous permet de soulever des montagnes et de les surmonter.

 

L’élu peut compter sur des femmes et des hommes motivés, engagés et qui croient en sa capacité de rassembler, de fédérer autour d’un projet mettant en avant le bien commun. Des commissions traitant divers sujets de notre société qui préoccupent nos concitoyens ont vu le jour. La vie d’un collectif n’est pas un long fleuve tranquille et il a fallu composer avec les moyens dont nous disposions. Être compagnon de la Marche Citoyenne fut une expérience de vie unique, j’y ai rencontré des femmes et des hommes partageant ces valeurs d’humanisme et de vivre ensemble. Le député Jean Lassalle a pu s’appuyer sur « l’intelligence collective au service du bien commun ». Les cahiers de l’espoir ainsi que les ouvrages précédemment publiés ont nourri et permis de mûrir son projet citoyen. Tous ces témoignages recueillis à chaque étape ont été portés à la connaissance du Président de la République qui n’était autre que François Hollande et dont le secrétaire de l’Elysée n’était autre qu’un certain Emmanuel Macron…. La suite vous avez deviné. « En Marche » ça vous dit quelque chose ? L’inspiration était toute trouvée… Je vous invite à lire ou relire l’enquête menée par Dalila Berbagui la permanente de Résistons! qui a été publiée il y a quelques mois sur le plagiat dont a été victime la Marche Citoyenne.

 

Soutien au Berger à l’Elysée….

 

Jean Lassalle est tout l’opposé de ces carriéristes en politique qui veulent se faire connaître du grand public dans les médias sans provoquer le débat d’idées. La vie politique française est rythmée par des joutes verbales entre deux camps sans vision à court ou long terme. La crédibilité se perd, les français se détournent du monde politique qui ne correspond pas à leur quotidien. Pourquoi a-t-il toute sa place ? Parce qu’il représente cette France qu’on n’entend pas, qu’on ne voit pas. Il s’intéresse à tout ce qui est générateur de souci pour nos concitoyens. Un élu qui n’est pas hors sol… Ses arguments sont puisés dans la réalité du terrain, le concret, le vécu. Lui, n’a jamais oublié d’où il vient, ses racines pyrénéennes, sa famille, les bergers. Il parle vrai sans filtre et sans faux-semblant. Je fais un aparté en vous disant que j’ai été sensibilisée à la défense du pastoralisme grâce à Jean Lassalle au sein du Collectif National des Racines et des Hommes que j’ai rejoint. Les bergers défendent leurs terres et leurs outils de travail. Ils veulent décider de leur destin et ne veulent pas qu’on décide à leur place. La communion de la terre, des hommes et des animaux doit se préserver à tout prix. Il en va de la survie des bergers dans les vallées. Cet engagement auprès de Jean Lassalle le Président de ce collectif m’enrichit énormément, j’en ai tiré des enseignements très intéressants sur la vie montagnarde avec ses atouts et ses obstacles. Je  mesure l’apport de cet engagement dans ma vie.

 

Chaque élection, nous le constatons, est le terrain de jeu favori des abstentionnistes qui entendent faire parler d’eux. Ils sont majoritaires avec les partisans du vote blanc. La classe politique d’aujourd’hui n’est pas représentative d’une majorité de français et c’est un problème. Le député Jean Lassalle est devenu le candidat de ces invisibles sans-voix dans la Présidentielle 2017. La candidature à cette élection a été mûrement réfléchie. Élu depuis ses 21 ans, bénéficiant d’une longue expérience politique a longuement réfléchi, il nous a réunis, nous en avons parlé ensemble mais cette candidature s’est imposée naturellement à lui. Ses combats passés qu’il a menés avec tant de dévouement, tant de pugnacité, tant de résistance ne pouvaient tomber dans l’oubli, ils devaient trouver un écho ailleurs.

 

Ce fut une expérience toute nouvelle pour le député et son entourage. Les moyens manquaient, le défi était de taille mais l’envie de représenter cette France invisible et inaudible était bien là. Et ce fut un nouveau Tour de France qu’a entrepris le député Jean Lassalle. Il a fallu partir au préambule d’une campagne présidentielle, à commencer par la création d’un parti politique. Aucun candidat à l’élection présidentielle ne peut faire campagne sans le soutien d’un parti politique. C’est ainsi que Résistons! est né en 2016. Ce parti qui est un mouvement « vivant » porte son projet citoyen et ses valeurs. Il réunit une partie des compagnons de route de la Marche Citoyenne, des femmes et des hommes qui ont soutenu le député candidat durant sa campagne présidentielle. Parmi eux on compte des maires et élus locaux qui l’ont parrainé, lui permettant ainsi de concourir à la course présidentielle et ils étaient plus de 700 !

 

Je retiens de très bons souvenirs de cette campagne hors norme, de ce Tour de France « à la rencontre des français » pour reprendre le titre de l’ouvrage de Jean Lassalle. De manière bénévole et totalement désintéressée, j’ai eu le privilège de pouvoir le suivre sur une majeure partie de ses déplacements à travers la France, je devrais dire nous l’avons suivi puisque ma maman est mon fidèle chauffeur et un grand soutien au député Jean Lassalle. Elle m’a accompagnée à chaque déplacement. Et à chaque fois, j’ai été saisie, émue par la ferveur, la communion qui a pu se dégager entre l’élu et toutes ces personnes qui venaient à sa rencontre. Il y régnait une ambiance hors du commun. Je garde précieusement tous ces souvenirs en photos car la photographie est une passion que je mets à la disposition de mon ami Jean Lassalle. Pour beaucoup il apparait comme le sauveur, celui qui est le plus à même de les écouter et de répondre à leurs attentes, leur angoisse, leurs doutes très nombreux… Cette singularité, cette manière de faire de la politique avec humilité, empathie, son attention, son extrême accessibilité, c’est cela « faire de la politique » pour moi et c’est avec « cette manière de faire » que j’entends poursuivre ma carrière politique. J’ai eu une grande fierté à représenter les valeurs lassalliennes aux dernières élections locales, d’autres échéances nous attendent, nous nous y préparons. L’aspois est un modèle pour beaucoup d’entre nous et l’aider est un grand honneur. J’ai beaucoup appris à ses côtés et j’en apprends encore à chaque évènement, chaque rencontre.

 

Prête pour la campagne présidentielle 2022….

 

La présidentielle 2017, même si elle n’a pas concrétisé nos espoirs, n’est pas un échec, elle nous a apportés des enseignements et la nécessité d’en tirer les conséquences. J’ai souvent en tête cette phrase de Nelson Mandela « Je ne perds jamais, j’apprends ». C’était un galop d’essai. De tout cœur, j’espère qu’en 2022, le député Jean Lassalle fera encore entendre sa voix. Nous serons là ; nous qui avons décidé de s’engager à ses côtés en résistance contre un système qui nous broie et nous empêche de reprendre notre destin en main.

 

À l’heure où notre pays est fragilisé par un virus qui a fait plusieurs dizaines de milliers de morts et des centaines de milliers de morts dans le monde, la solidarité et la bienveillance deviennent des valeurs refuge. Mon engagement citoyen et politique auprès du député Jean Lassalle prend encore plus son sens. C’est ensemble que nous surmontons cette crise, c’est ensemble que nous la vaincrons … Ensemble que nous construisons le monde d’après…. Résistons!

 

 

D’autres actualités

Muriel Huet : Mon arrivée à Résistons!

Muriel Huet : Mon arrivée à Résistons!

Comment suis-je arrivée à Résistons! ? Tout simplement par une rencontre avec Jean Lassalle ! Immédiatement, j'ai été profondément touchée par le côté authentiquent humain qui émane de sa personne. C'était en novembre 2013, lors d'une des dernières étapes de sa longue...