Projet de loi d’urgence sanitaire

23 Mar 2020 | Communiqués de presse

Communiqué de presse de Jean LASSALLE sur le projet de loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de COVID-19.

22 mars 2020.

 

Il m’est impossible en conscience de voter le texte qui nous est ici proposé. Je vote non. J’ai apprécié les dernières interventions du Président de la République au sujet du coronavirus. Je n’ai pas compris, et je l’ai immédiatement dit, que soit maintenu le premier tour des élections municipales, qui s’est avéré plus une source d’ennuis que de solutions.

La situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui est le résultat de ces dernières décennies de démission, au cours desquelles l’Homme a abandonné l’Homme. Nous avons abandonné les services de proximité et la recherche. Ce qui fait que nous sommes de nouveau aussi démunis qu’au Moyen Âge. La spéculation financière a repris une fois encore le pouvoir, elle a réduit l’espace politique à un théâtre d’ombres. Elle a refait de la plupart des très hauts fonctionnaires des courroies de transmission, et a abandonné les représentants locaux de l’État. Je pense ici aux Préfets et à l’ensemble de nos services publics. Elle a déconsidéré et désarmé nos maires et la quasi totalité de nos corps intermédiaires. Elle a réduit au silence la presse et les sondeurs d’opinions, en les laissant aux mains d’une ploutocratie plus intéressée par ses revenus que par la liberté d’informer et de s’exprimer. On n’a eu de cesse d’amoindrir et de fermer les établissements de santé, malgré l’opposition unanime des acteurs de terrain. Notre organisation sanitaire s’en trouve aujourd’hui considérablement amoindrie.

Je m’incline devant l’engagement des praticiens, quel que soit leur niveau, qui, au bord de l’épuisement, combattent jours et nuits pour anticiper et sauver nos vies. Je ressens la souffrance de ceux qui sont atteints et de ceux qui se battent à cette heure-ci contre la mort. Je partage la peine de leurs familles et de leurs proches. Je comprends profondément l’anxiété et la peur de ceux qui craignent d’être contaminés à leur tour.

Une fois de plus, je suis impressionné par le formidable sursaut de courage, de solidarité et d’unité nationale de notre grand pays. S’agissant de cette dernière, je ne veux nullement la casser, ni régler le moindre différent avec Monsieur le Président de la République et son gouvernement. Ils n’ont pas su faire autrement que de s’inscrire dans la longue chaîne de démissions que j’ai évoquée.

En ce moment si grave et si lourd de l’Histoire de notre pays, mon geste se veut simplement comme un appel à nous ressaisir, nous qui avons la chance de constituer les élites. Le Président de la République dispose avec l’article 16 de notre Constitution de tous les moyens de combattre en notre nom. Il a choisi et je le comprends, de privilégier le sentiment d’unité nationale. Ce dernier doit survivre à tout prix. Il ne le pourra que s’il est mû par le sentiment de servir et de servir ensemble. Si le Président de la République se contente d’une caution auprès d’un Parlement croupion et inconstitutionnel, s’il ne retient même pas quelques-unes des propositions de simple bon sens que ce dernier lui propose, l’unité du pays n’y survivrait pas dans les jours et semaines qui viennent. Le Président de la République l’a dit lui-même et je le pense aussi : « Nous ne sommes qu’au début de la bataille. ».

Quoi qu’il m’en coûte, l’expression de mon vote se veut avant tout un appel à notre responsabilité à tous à l’image de notre peuple exemplaire. Monsieur le Président, je me permets de le rappeler solennellement : laissez au Parlement la responsabilité qui est la sienne en appui de votre action sinon, utilisez l’article 16 de la Constitution. Les semaines qui viennent y gagneront en confiance ainsi que le sentiment d’unité nationale que nous tremperons alors ensemble. Nous serons alors beaucoup mieux armés pour vaincre le fléau et relancer la vie économique et sociale, comme vous l’avez également annoncé dans la situation où se trouve notre pays.                                                                   

Jean LASSALLE

Député de la 4ème circonscription des Pyrénées-Atlantiques

Président du mouvement Résistons!

Contact presse : contact@resistons-france.fr

D’autres actualités

Journée nationale de la Résistance : appel au rassemblement

Journée nationale de la Résistance : appel au rassemblement

Chers amis,En cette journée nationale de la résistance, je lance un nouvel appel à nous retrouver, à rassembler les forces vives de notre pays, au-delà des clivages et des appartenances partisanes :« Présentons au peuple un nouveau dessein, un nouveau contrat social,...