Non au Bac Blanquer

11 Fév 2020 | Communiqués de presse

Chers amis, Je vous fais part du témoignage qu’un élève m’a adressé à propos des épreuves E3C (épreuves communes de contrôle continu) du nouveau BAC Blanquer :

« Bonjour,

Je m’appelle O., j’ai 16 ans et j’habite en Ardèche.

Je commence demain les E3C avec la LVB, je voulais vous faire part de mon emploi du temps: 2h de Spécialité maths, 2h d’Enseignement Scientifique, 1h pour manger, 3h de français et 1h d’E3C et encore 1h d’italien après si non c’est pas marrant. Je termine donc à 18h, j’aurai fait 7 heures de cours avant de faire les E3C et encore 1h après, sans compter que mardi, je recommence les cours à 8h … La vérité c’est qu’avec cette réforme, il est impossible pour les élèves (et peut être même pour les profs), physiquement et moralement de tenir !

Très cordialement, merci.

Continuez votre combat pour la France ! »

O.

Partout dans les lycées de France, les mobilisations se multiplient et se durcissent contre le BAC Blanquer imposé par la force. Ce passage d’un diplôme national à un bac local accroît les inégalités entre les territoires et entre les candidats. Les élèves en font les frais aujourd’hui mais aussi au moment de Parcoursup.

Les épreuves d’E3C se déroulent dans des conditions inacceptables.

Des grilles d’évaluation sont arrivées (quand elles leur parviennent) quelques semaines avant les épreuves. Elles n’ont pas permis de préparer les élèves aux critères attendus, dès le début de l’année scolaire.

Face aux mobilisations, les menaces et les intimidations se multiplient, vis-à-vis des enseignants, des élèves et de leurs parents. Chantage au zéro, négociation des motifs d’absence aux E3C, menaces de procédure disciplinaire contre les enseignants et les élèves mobilisés …. A cela s’ajoutent des violences et des arrestations arbitraires d’élèves mineurs ! Tous ces faits accentuent encore la souffrance de l’ensemble de la communauté éducative depuis la rentrée scolaire.

Face à cela le Ministère menace et mène une campagne mensongère (chiffres des mobilisations). Dans nombre d’établissements, ils reportent aux calendes grecques les épreuves qui n’ont pu se tenir …

Face à cela des médias nationaux, notamment télévisuels, ignorent ces faits qui mettent en péril l’avenir de nos élèves et de nos enseignants !

Réagissons, dénonçons et ouvrons une nouvelle phase de discussions pour une réforme du bac équitable et ambitieuse,

Résistons ! Jean Lassalle, député des Pyrénées-Atlantiques et président du mouvement

Chers amis,

Je vous fais part du témoignage qu’un élève m’a adressé à propos des épreuves E3C (épreuves communes de contrôle continu) du nouveau BAC Blanquer :

« Bonjour,
Je m’appelle O., j’ai 16 ans et j’habite en Ardèche.
Je commence demain les E3C avec la LVB, je voulais vous faire part de mon emploi du temps: 2h de Spécialité maths, 2h d’Enseignement Scientifique, 1h pour manger, 3h de français et 1h d’E3C et encore 1h d’italien après si non c’est pas marrant. Je termine donc à 18h, j’aurai fait 7 heures de cours avant de faire les E3C et encore 1h après, sans compter que mardi, je recommence les cours à 8h …
La vérité c’est qu’avec cette réforme, il est impossible pour les élèves (et peut être même pour les profs), physiquement et moralement de tenir !
Très cordialement, merci.
Continuez votre combat pour la France ! »
O.
 
Partout dans les lycées de France, les mobilisations se multiplient et se durcissent contre le BAC Blanquer imposé par la force. Ce passage d’un diplôme national à un bac local accroît les inégalités entre les territoires et entre les candidats. Les élèves en font les frais aujourd’hui mais aussi au moment de Parcoursup.
Les épreuves d’E3C se déroulent dans des conditions inacceptables.
Des grilles d’évaluation sont arrivées (quand elles leur parviennent) quelques semaines avant les épreuves. Elles n’ont pas permis de préparer les élèves aux critères attendus, dès le début de l’année scolaire.
Face aux mobilisations, les menaces et les intimidations se multiplient, vis-à-vis des enseignants, des élèves et de leurs parents. Chantage au zéro, négociation des motifs d’absence aux E3C, menaces de procédure disciplinaire contre les enseignants et les élèves mobilisés …. A cela s’ajoutent des violences et des arrestations arbitraires d’élèves mineurs ! Tous ces faits accentuent encore la souffrance de l’ensemble de la communauté éducative depuis la rentrée scolaire.
Face à cela le Ministère menace et mène une campagne mensongère (chiffres des mobilisations). Dans nombre d’établissements, ils reportent aux calendes grecques les épreuves qui n’ont pu se tenir …
Face à cela des médias nationaux, notamment télévisuels, ignorent ces faits qui mettent en péril l’avenir de nos élèves et de nos enseignants !
Réagissons, dénonçons et ouvrons une nouvelle phase de discussions pour une réforme du bac équitable et ambitieuse,
 
Résistons !
Jean Lassalle, député des Pyrénées-Atlantiques et président du mouvement

D’autres actualités

Journée nationale de la Résistance : appel au rassemblement

Journée nationale de la Résistance : appel au rassemblement

Chers amis,En cette journée nationale de la résistance, je lance un nouvel appel à nous retrouver, à rassembler les forces vives de notre pays, au-delà des clivages et des appartenances partisanes :« Présentons au peuple un nouveau dessein, un nouveau contrat social,...