Jean LASSALLE

Député de la 4ème circonscription des Pyrénées-Atlantiques

Président du mouvement Résistons!

Le lundi 23 septembre, le corps de Christine Renon, 58 ans, directrice d’école à Pantin a été retrouvé sans vie, dans le hall de son établissement.

Christine Renon a consacré toute sa vie à ce si noble métier, celui d’« institutrice », puis de « directrice d’école », avec passion, engagement et dévouement. 

Elle a laissé plusieurs lettres, envoyées à sa hiérarchie, ses collègues et ses proches. 

Surcharge de travail, dégradations des conditions d’exercice. Solitude ressentie face aux nombreuses situations complexes, solitude pour appréhender et répondre aux nouvelles pratiques éducatives. Sentiment d’abandon : « je n’ai pas confiance au soutien et à la protection que devrait nous apporter notre institution ».

Comment en est-on arrivé là ? Combien de Christine Renon, de Jean Willot nous faudra-t-il pour prendre la mesure du mal être des enseignants ? Du mal être plus global, de cette souffrance au travail qui caractérise de trop nombreux secteurs d’activités. 

Le suicide des agriculteurs, des policiers, des instituteurs et de tous les autres, dont on ne parle pas, car comme Christine Renon le dit si bien « il ne faut pas faire de vague » …

Quand aurons-nous des réponses immédiates et efficaces face à ces drames, ces cris d’alarme, ces conditions de travail toujours plus dégradées ?

L’Etat et notre institution scolaire ont le devoir de protéger leur personnel et de veiller à leur bien-être. 

Nous devons avoir une formation et un accompagnement à la hauteur des enjeux et des crises qui doivent être gérés au quotidien.

C’est tout un système de gouvernance qui doit être remis à plat, où la dimension humaine doit l’emporter sur la logique financière !