Prorogation de l’état d’urgence sanitaire : non au traçage des malades

15 Mai 2020 | A l'affiche, Communiqués de presse, Jean Lassalle

Le week-end dernier, le Parlement a adopté le projet de loi de prorogation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 juillet prochain. Aujourd’hui, ce sont des nouvelles mesures d’urgence qui ont été votées à l’Assemblée nationale. Je regrette profondément que le gouvernement n’arrive pas à trouver le moyen de communiquer clairement et qu’il refuse d’écouter toute autre voix que la sienne. C’est pourquoi je me suis opposé à ces textes.

            La loi sur la prorogation de l’état d’urgence sanitaire s’oriente  vers un traçage des malades  grâce aux moyens modernes incontrôlables qui risquent de porter atteinte à nos droits et libertés. Le droit au respect de la vie privée doit rester un droit fondamental qui ne peut pas être sacrifié. Tout comme beaucoup d’autres droits qui doivent être préservés. Ces nouveaux textes apportent également des modifications sans précédent de notre code pénal. Nous ne devons pas céder au sentiment de sécurité provisoire que cela peut offrir et agir dans la précipitation. Les conséquences sont trop importantes.

            Depuis des semaines, le gouvernement ne sait pas où il va et nous entraîne avec lui. Dans cette précipitation, il propose des textes de loi qui, une fois de plus, limitent les droits des Français et bâillonnent l’opposition en refusant d’entendre ses propositions sociales. Les mesures du gouvernement sont loin de répondre aux attentes et aux doutes des parents dont les enfants sont scolarisés et de leurs encadrants, mais aussi à celles des salariés, des agriculteurs, des dirigeants des PME… Si l’on peut comprendre que la situation soit complexe et difficile à gérer et que personne ne peut prédire l’avenir, une expression claire disant réellement ce qu’il en est de la situation serait de nature à rassurer nos compatriotes. 

            Les Français ne s’y trompent pas. De plus en plus de nos compatriotes jugent sévèrement le bilan de la gestion de crise par l’actuelle majorité. Alors que la crise sanitaire est loin d’être terminée, déjà nous redoutons une deuxième vague. C’est pourquoi j’en appelle au président de la République : il est encore temps de jouer le jeu de la démocratie pour favoriser une réelle unité nationale. Il faut organiser un vrai débat apaisé, à l’écoute des Français, avec des experts capables de guider les réflexions et avec une opposition libre de proposer. Pour faire face aux crises à venir et à leurs conséquences désastreuses, il faut tirer les conclusions de ses derniers mois et des 30 années de gestion catastrophique du service de santé. Notre avenir en dépend.

 Contact presse : contact@resistons-france.fr

D’autres actualités

Halte aux mutilations de chevaux

Halte aux mutilations de chevaux

Les mutilations de chevaux qui se multiplient ces derniers jours sont des actes insoutenables. Je souhaite exprimer ma totale solidarité et mon soutien aux propriétaires de chevaux victimes de ces actes ignobles.J’espère que l’Etat et les services d’enquête mettront...

Dédicace de mon livre à Saint-Martin-de-Ré

Dédicace de mon livre à Saint-Martin-de-Ré

Merci à toutes celles et ceux qui sont venus à ma rencontre à Saint-Martin-de-Ré pour la dédicace de mon livre Aurore ou crépuscule Résistons!Ces moments sont toujours l'occasion de riches échanges avec mes concitoyens.Et un grand merci aux libraires du Grand...