« Après avoir marché 5000 kilomètres en France, je suis parti en mai 2014 à la rencontre des citoyens européens, chez 12 de nos voisins, en Grande-Bretagne, Irlande, Italie, Slovénie, Croatie, République tchèque, Espagne, Allemagne, Roumanie, Grèce, Danemark, Suède.

J’ai échangé, au hasard des rencontres, avec une grande diversité d’interlocuteurs : des politiques, des ambassadeurs français, des jeunes, des vieux, des entrepreneurs, des étudiants, etc.

L’euroscepticisme, que j’avais tellement entendu lors de mon tour de France, est tout aussi prégnant dans ces pays visités, avec certes une intensité différente et des variantes.

Partout, j’ai retrouvé cette même crise morale, l’impression que les citoyens ne participent plus à un projet commun, au profit de tous, pour le bien de tous.

Partout, j’ai rencontré cette coupure entre le peuple et ses élus. Il est trop facile d’ignorer ce malaise en mettant l’étiquette « populiste » sur toute critique de l’ordre établi.

Partout, j’ai senti la même peur pour l’avenir de nos enfants.

Partout, j’ai vu une société divisée entre ceux qui se projettent dans l’avenir et ceux qui comptent pour arriver à la fin du mois.

Après ce tour de l’Europe, je me sentais étrangement serein : se mélangeaient en moi la peur de dire ce que personne ne dit, mais également une ferme conviction que cela était nécessaire. Une nouvelle page est à écrire. Un marcheur doit entraîner.

Aujourd’hui j’ai le bonheur de publier « À la rencontre des Européens ». Cet ouvrage donne à entendre les voix de citoyens de ces 12 pays, comme des Français que j’y avais retrouvés. »

Jean Lassalle